vendredi 27 janvier 2017

Longer

Le cheval libre, sans cavalier, arrive à trouver dans ses déplacements un équilibre naturel.

Quand on le longe, on crée une restriction qui peut nuire à cet équilibre, et qui va donc perturber ses mouvements et le pousser à prendre des mauvaises positions.

Libre, le cheval s'équilibre naturellement

Par exemple, si un cheval galope en longe et rencontre la tension de la longe, cela va être désagréable pour lui. Il va alors avoir tendance à s'appuyer sur la longe en mettant sa tête vers l'extérieur du cercle. Pour se protéger, il réagit à la pression de la longe en appliquant sa propre pression avec sa tête. Alors, s'il porte sa tête vers l'extérieur du cercle, c'est aussi l'encolure qui va vers l'extérieur et la conséquence est que le cheval se met en contre-incurvation.

Le cheval s'appuie sur la longe, sa position est incorrecte

Ceci à plusieurs conséquences : la première est que la position du cheval est alors incorrecte car nous souhaitons qu'il s'incurve sur le cercle. La seconde est que dans cette position incorrecte, il peut facilement avoir une allure défectueuse, soit avec un galop à faux, soit avec un galop désuni. La troisième est que comme le cheval s'appuie, il va se raidir et se contracter. Tout ceci peut être préjudiciable au physique comme au mental du cheval.

Dans ces conditions, longer devient un exercice nuisible pour le cheval : on lui apprend des positions incorrectes, des allures fausses, et également il apprend à aller contre la pression au lieu d'y céder, ce qui sera préjudiciable pour sa légèreté dans le travail monté.

La solution est simple : pour ne pas gêner le cheval dans son équilibre et ses allures naturelles, il faut s'efforcer de toujours laisser du "mou" dans la longe.

Sans tension dans la longe, le cheval s'incurve correctement

Pour ceci, on peut jouer sur la longueur de la longe, en lui laissant au besoin assez de longueur pour aller sur un cercle assez grand. On peut aussi éviter de soi-même rester trop fixe, et on peut tourner sur un petit cercle si au début, cela permet d'aider le cheval à ne pas tendre la longe.

Pour éviter que la longe se tende, on peut se déplacer

Si le cheval commence à s'appuyer sur la longe, souvent aussi parce qu'il cherche à aller vers l'extérieur du cercle avec sa queue vers nous, alors il suffit de tirer brièvement la longe vers nous pour réorienter sa tête vers l'intérieur du cercle et remettre sa queue plus vers l'extérieur. Cette action n'est pas brutale pour le cheval, mais assez inconfortable pour l'inciter peu à peu à maintenir le mou dans la longe, tout en l'encourageant à être plus attentif à nous.

Tirez brièvement si le cheval s'appuie sur la longe pour le ramener à vous

Quand on longe, notre position par rapport au cheval est importante. Si on est en avant de son épaule, cela le bloque. Si on est en arrière, il est incité à accélérer.  Maîtriser notre position par rapport au cheval permet de réguler son allure.

Longer, ce n'est pas obligatoirement que faire tourner le cheval sans fin. C'est ennuyeux pour lui comme pour nous. On peut donner de la variété à cet exercice : faites-le changer de sens, changer d'allure, marchez pour le faire aller le long de la piste puis remettez-le sur le cercle, faites-le sauter des obstacles, etc... Il est aussi possible de longer en extérieur et de profiter des obstacles naturels. Plus on introduit de variations, plus l'exercice sera intéressant et plus le cheval se mettra à l'écoute.

FB: https://www.facebook.com/hommesetchevaux/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire