dimanche 18 février 2018

Peur et confiance

Quand le cheval a peur, nous devons reconnaître qu'il a peur, mais aussi comprendre pourquoi il a peur. Parfois, la cause de sa peur peut nous échapper. Parfois, c'est parce que nos sens et notre sens de l'observation ne sont pas assez en éveil. Parfois, nous n'arrivons pas à comprendre la cause de la peur car il s'agit de quelque chose qui nous semble anodin et nous n'arrivons pas à réaliser qu'il peut être une telle cause de terreur pour notre cheval.

Quelle que soit la situation, si un cheval a peur, il ne simule jamais, il a réellement peur et il y a une cause à sa peur.

Si nous sommes capables de reconnaître la cause de la peur, et que le cheval réalise que nous percevons bien cette cause, alors nous serons en situation de pouvoir le rassurer. C'est pourquoi il est intéressant de savoir identifier la cause de la peur mais aussi de l'observer ostensiblement, afin que le cheval comprenne que nous percevons bien ce qu'il perçoit.



Si alors, nous conservons pleinement notre calme et laissons le cheval le temps d'analyser la situation, notre état d'esprit va rasséréner le cheval. En effet, si nous percevons la cause de la peur mais que nous n'avons pas peur, le cheval sera rassuré. Il peut vouloir se détourner ou s'échapper. Laissons le faire, mais remettons le face à la cause de la peur autant de fois que nécessaire en conservant notre calme absolu. Le cheval finira pat comprendre qu'il n'y a pas de raison d'avoir peur et c'est notre calme et notre soutien qui va l'aider. Il ne s'agit pas de forcer à agir malgré sa peur, mais de l'aider à comprendre la situation. Ceci ne demande que du temps et notre soutien, fait de calme et de patience.

Si au contraire nous avons peur car le cheval a peur, alors le cheval ne comprend pas que notre peur vient plus des réactions qu'il pourrait avoir que de ce qui lui fait peur. Il ne ressent que la peur, et cette peur vient juste confirmer sa propre peur. S'il a peur et que vous avez peur, alors il ne peut que penser que la menace qu'il a perçue est bien réelle.

Si vous ignorez ou évitez la cause de la peur, alors vous confirmez aussi auprès du cheval que sa peur est fondée car vous-même, vous fuyez. Dès que quelque chose fait peur à votre cheval, plutôt que de penser que c'est un problème qu'il vaut mieux éviter, pensez au contraire qu'il s'agit d'une opportunité pour que votre cheval devienne plus confiant. Prenez le temps d'aider votre cheval à affronter sa peur jusqu'à ce que  cette peur disparaisse.

Si nous forçons le cheval à affronter la peur, que ce soit par les jambes, la cravache, les éperons ou toute autre manière visant à contraindre le cheval à agir selon notre volonté malgré sa peur, alors nous n'aidons pas le cheval à gérer sa peur. Au contraire, au lieu d'être avec lui, nous sommes contre lui et nous essayons juste de constituer une menace pire que celle qu'il perçoit déjà. Avons-nous envie que le cheval affronte une peur juste parce que nous sommes la cause d'une peur plus grande encore?

Le cheval est une proie. La peur fait partie de sa vie et est une composante importante de son instinct de survie. C'est grâce aux expériences qu'il vit qu'il peut apprendre ce qui est réellement une menace et ce qui ne l'est pas. Si nous sommes en mesure de multiplier ces expériences tout en aidant le cheval à les gérer positivement, plus le cheval deviendra confiant. Il prendra confiance dans son environnement, mais aussi en nous si nous savons le soutenir. Enfin, il prendra confiance en lui.

FB : https://www.facebook.com/hommesetchevaux/