mercredi 26 avril 2017

Savoir attendre

Quand on demande quelque chose au cheval, si ça ne fonctionne pas, on s'impatiente. Au bout d'un moment, soit on se démotive, soit on s'agace.

Si on se démotive, on va finalement abandonner, parfois en se cherchant des excuses, accusant le cheval ou l'environnement, parfois en doutant de nos propres capacités. Le cheval perd lui aussi sa motivation, car il apprend que vous êtes susceptibles de renoncer : il lui suffit d'attendre.

Si on s'agace, on va chercher à forcer le cheval à fournir le résultat attendu. Peut-être que ponctuellement, on va obtenir ce qu'on  cherche, mais quel sera la qualité d'un résultat obtenu ainsi? Quel plaisir aura le cheval à faire pour trouver de l'envie à refaire? Quel confiance va-t-il développer en nous, si nous n'avons pas confiance dans le fait qu'il peut fournir le résultat de lui-même?

C'est quand on force au delà de ce que le cheval peut accepter que l'on obtient des réactions indésirables. Si alors on veut combattre ces réactions par la punition, on nuit à notre cheval.

Démotivation ou agacement,  les conséquences de notre impatience sont négatives pour le cheval, pour nous, et pour notre relation.



Alors que souvent, il aurait juste été nécessaire d'attendre calmement que le cheval comprenne ce qu'on attend et trouve son intérêt à le faire. Cela repose sur ce que l'on propose au cheval : si c'est a sa portée, physiquement et mentalement, et si notre présentation est compréhensible pour lui, il suffit d'attendre, et il va comprendre.

On sous-estime souvent le temps nécessaire au cheval alors il faut à tout moment conserver notre confiance en lui: il va y arriver.

Avant de trouver la solution, il va commettre des erreurs. Cela fait partie du processus d'apprentissage, et nous devons rester bienveillants.

Attendre, ne veut pas forcément dire ne rien faire. Il faut rester attentif, et identifier les occasions d'encourager, motiver et guider le cheval. S'il suit une mauvaise voie, il faut lui indiquer qu'il fait fausse route et le laisser reprendre sa recherche.

La patience, mais aussi le calme et la confiance permettront à notre cheval de progresser, si ce que nous lui proposons correspond bien à là où en est le cheval aujourd'hui.

Si nous sommes découragés et avons envie d'abandonner ou si nous commençons à être agacé par le cheval et voulons arracher des résultats, il n'est jamais trop tard pour réévaluer notre attitude.
 
FB: https://www.facebook.com/hommesetchevaux/



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire