jeudi 17 janvier 2019

Compréhension et confiance

Si un cheval se trouve dans une situation qu'il ne comprend pas et dans laquelle il ne sait pas quoi faire, alors tout lui semblera confus. Plus la confusion sera importante, et plus il s'en remettra à son instinct de survie. C'est alors qu'il pourra chercher à nous échapper ou à se défendre.

Si au contraire, il comprend la situation et qu'il sait ce qu'il doit faire, alors il le fera. Il y a alors peu de chances qu'il résiste à nos demandes, et même, il pourra donner le meilleur de lui-même.

On ne peut pas garantir à un cheval qu'il se trouvera uniquement dans des situations qu'il comprend. Il y aura toujours des situations nouvelles et surprenantes. Il doit apprendre à gérer ces situations.

Dans l'éducation d'un jeune cheval, il est régulièrement confronté à des situations nouvelles. Pour plaisanter, on peut dire qu'il est difficile d'apprendre car il s'agit toujours de quelque chose que l'on ne connaît pas! C'est là où nous devons équilibrer les moments d'incompréhension et de compréhension et montrer au cheval qu'il est capable de passer de l'incompréhension à la compréhension.

Si nous allons trop vite dans l'éducation d'une jeune cheval, alors le risque est qu'il y ait pour lui trop de moment où il se sent confus. Ce n'est pas ainsi qu'il prendra confiance. La majorité du temps, il doit être en situation de répondre à nos demandes avec confiance.

Si au contraire, on maintient le cheval en permanence dans des situations qu'il connaît, alors il ne progresse pas et surtout, il n'apprend pas à affronter des situations nouvelles.

Il y a donc un équilibre à trouver, et il dépend du cheval. L'introduction de nouveaux exercices et de situation nouvelles doit donc se faire de manière mesurée.

Aussi, quand le cheval est plongé dans une situation nouvelle, nous devons préparer la situation pour qu'il puisse comprendre et trouver ce qu'il doit faire. Cela doit être assez facile pour qu'il rencontre le succès et assez difficile pour qu'il y trouve de l'intérêt et soit heureux de réussir.

Là aussi, il y a un équilibre à trouver. Parfois, nous pouvons faire une erreur d'appréciation et proposer quelque chose de trop difficile, et c'est là que le cheval peut devenir confus. Plutôt que de forcer les choses et d'aller vers la peur, la résistance, le ressentiment ou le découragement, il est plus simple de revenir sur un exercice que le cheval comprend bien, pour le rasséréner et ramener la confiance. Il est toujours possible de revenir ensuite vers l'exercice qui a posé problème, tout en l'adaptant pour que cette fois-ci, le cheval trouve la réussite.



Quand le cheval est confus lors d'un exercice et qu'il résiste, il est parfois difficile pour nous d'abandonner l'exercice. Certains pensent qu'ils céderaient face au cheval et qu'il est préférable de «réussir» en mettant plus de pression sur le cheval. Il est possible que cela fonctionne, mais nous devons nous poser la question de ce que le cheval apprend alors. Apprend-il à avoir plus confiance en lui et en nous?

Il n'est pas important de réussir un exercice donné à un moment précis. Il est toujours possible de le réussir plus tard, dans quelques minutes, ou dans quelques jours. Cela n'a pas d'importance. Ce qui est important, c'est d'apprendre au cheval à développer sa confiance, car la confiance appelle la confiance, et la confiance créée aujourd'hui pourra aider le cheval toute sa vie.

FB : https://www.facebook.com/hommesetchevaux/