mercredi 17 mai 2017

Le cheval qui mord ou bouscule quand on le mène

Quand on mène un cheval si celui-ci est trop prêt de vous, il est susceptible de nous bousculer. Bientôt sa tête nous touche et il a l'impression que ce n'est pas nous qui le menons, mais lui qui nous fait avancer.

Si c'est un étalon, c'est pour lui naturel de faire avancer son monde en se mettant derrière. C'est le comportement normal d'un étalon qui fait avancer une jument qui s'éloignerait du troupeau. Il peut même commencer à mordre sur l'épaule ou le bras.

Dans ce cas, nous nous sentons agressés, et nous pensons que la punition est nécessaire devant ce comportement inacceptable. La punition peut appeler le conflit, et il est plus simple d'amener le cheval à adopter un comportement qui nous convient sans confrontation.



Ce que nous attendons, c'est que quand nous menons un cheval, il doit marcher derrière nous en respectant une certaine distance. S'il reste à distance, les choses seront confortables pour lui. S'il commence à vouloir "nous marcher dessus", les choses doivent être inconfortables, mais sans qu'il soit question de punition.

Si vous avez une longe assez longue, par exemple 3,5 mètres, alors le cheval peut rester à distance, à au moins 2 mètres, et vous pouvez conserver un bon mètre de longe dans votre main, le tout sans tendre la longe pour laisser le cheval dans le confort.

Alors, utilisez le surplus de longe dans votre main pour envoyer l'extrémité de la longe dans votre dos, un coup à gauche, un coup à droite, comme si vous vouliez vous flageller. Adoptez un geste lent, mais régulier.

Si le cheval reste à distance, il verra juste la longe passer devant lui à un mètre, et ça ne va pas le perturber. S'il s'avance, alors il prendra le bout de la longe sur le nez, et il reprendra ses distances. Quand le cheval touche la longe, ne changez rien dans votre mouvement et restez régulier et totalement calme. Il ne s'agit pas de taper le cheval ou de le punir, mais qu'il comprenne que s'il se rapproche, ce sera inconfortable pour lui. C'est lui qui en mettant la pression sur vous en se rapprochant, verra qu'en fait, il se met la pression sur lui-même. S'il a l'impression de se mettre la pression sur lui-même, il cédera à sa propre pression sans qu'il s'agisse d'un conflit avec vous.

Pensez à une clôture électrique. Quand le cheval touche la clôture, il prend un choc, mais la clôture ne l'attaque pas, elle ne punit pas, elle ne fait pas preuve d'agressivité. C'est juste une clôture, mais le cheval apprend à la respecter, sans développer de ressentiment. 

FB: https://www.facebook.com/hommesetchevaux/



3 commentaires:

  1. Merci pour ce partage. Je vais investir dans une longe plus longue

    RépondreSupprimer
  2. Et le jour où on arrête de bouger le bout de la longe va-t-il rester derrière ou venir plus près ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut le faire quand le cheval ne respecte pas la distance et ne rien faire sinon. au bout d'un moment, le cheval comprend où est son intérêt et choisit de respecter la distance.

      Supprimer