lundi 20 mars 2017

Le cheval qui mord

Comprendre les différentes raisons pour lesquelles un cheval peut nous mordre permet d'avoir une attitude adaptée à chaque situation.

Certains chevaux mordent régulièrement tandis que pour d'autres c'est exceptionnel.

Quand il s'agit d'une habitude, il s'agit souvent d'une habitude que nous avons encouragée.

Pour un jeune cheval, il est naturel de découvrir son environnement avec la bouche. Il goûte chaque objet, et il va aussi faire de même avec nos doigts ou nos habits. Un poulain, c'est adorable et inoffensif, et on peut être tenté de le laisser faire. Il est néanmoins préférable de le décourager avec douceur, car il doit apprendre à ne pas mordiller un être humain avant de devenir un cheval adulte. À ce moment-là, le gentil mordillement sera devenu bien moins agréable,  mais la mauvaise habitude sera prise et sera plus difficile à décourager.

Apprenez au cheval à respecter votre espace personnel. S'il s'approche sans y être invité, remettez-le à distance.

Pour décourager les mordillements sans le réprimander, frottez le cheval au-dessus des naseaux comme pour une caresse, mais assez vivement pour que ce soit inconfortable. Bientôt, le cheval comprendra qu'il est préférable pour lui de s'arrêter.

Une autre chose qui peut inciter un cheval à mordiller, c'est de le nourrir avec la main. On donne à manger, puis le cheval désire plus de friandise et en cherche dans nos mains ou nos poches, en mordillant. Si là on lui donne encore à manger, on le récompense pour ce comportement. Peu à peu, il deviendra de plus en plus inquisiteur. Si le respect n'est pas scrupuleusement installé avec un cheval, il est préférable sous d'éviter les friandises, soit de les mettre dans la mangeoire.

Les chevaux, surtout les étalons, aiment jouer entre eux en se bagarrant. Ils aiment voir qui va dominer qui, et lors de ces jeux, ils n'hésitent pas à mordre. Un cheval qui vit en troupeau va pouvoir s'adonner à ces jeux et trouver les limites à observer. Cependant un cheval avec moins de contacts sociaux peut avoir envie de chercher à exercer cet instinct avec nous. Il faut décourager ce comportement avec fermeté, mais sans rentrer dans le combat.

Si on tape le cheval sur la tête, il apprendra vite à nous éviter, et essaiera de répliquer, comme il le ferait avec un autre cheval. Cela peut devenir comme une sorte de jeu, mais un jeu dangereux, car le cheval peut alors prendre conscience de sa propre force, et celle-ci est bien supérieure à la nôtre.

Si on le punit fortement, un cheval peut réellement se sentir agressé de manière incompréhensible, car de son point de vue, il ne faisait que chahuter. Le cheval peut alors perdre confiance en l'homme, se méfier de la proximité de nos mains de sa tête. Il sera alors difficile de lui mettre le filet ou la bride.



Pour décourager un cheval mordeur, si frotter vivement au-dessus de ses naseaux ne fonctionne pas, on peut essayer d'autres approches.

Quand il tente de mordre, bloquez immédiatement son mouvement avec l'avant-bras, de manière à ce qu'il se tape dedans. Ce n'est pas vous qui le tapez, mais c'est lui se tape dans votre bras.

Si vous avez une brosse ou une étrille en main, vous pouvez aussi interposer l'objet pour qu'il se cogne dedans.

En aucun cas vous ne le punissez, il se punit lui-même.

Une autre approche, consiste à mettre un licol corde sur le cheval, et à le tenir en main. Tenez le licol avec la main, là ou le montant rejoint la muserolle, et caresser le cheval, tout en posant votre pouce sur sa peau. Dès qu'il essaie de mordre, il ne pourra pas attraper votre main qui est hors de portée, mais il va appuyer fortement sur votre pouce que vous maintiendrez ferme, ce qui sera inconfortable pour lui. S'il se débat, il va tirer sur le licol que vous tenez, ce qui sera aussi inconfortable. Dès qu'il se calme, reprenez les caresses. Bientôt il comprendra qu'il est inutile d'essayer de mordre car c'est inefficace et n'apporte que de l'inconfort.



Quand un cheval mord exceptionnellement, c'est qu'il y a une raison. Plutôt que de réprimander, il faut essayer de comprendre cette raison.

Si un cheval a peur, qu'il se sent confiné et a l'impression qu'il ne peut s'échapper, alors il peut avoir un comportement qui semble agressif, dicté par son instinct de survie. C'est une erreur de punir un cheval effrayé, car cela va aggraver sa peur et empirer la situation. Essayez plutôt de le rassurer et de lui donner de l'espace.

Si un cheval ressent de l'inconfort ou de la douleur alors il peut l'exprimer par un comportement agressif. Si un cheval qui n'a pas peur et ne mord habituellement jamais se met à mordre ou fait semblant de mordre, on peut suspecter cette cause. Il peut s'agit d'un problème physique, comme un mal au dos, un mal aux dents... Il peut s'agir aussi d'un problème lié à l'équipement, comme une selle inadaptée, ou d'un problème lié à la manière de monter ou au travail demandé.

Si alors que le cheval tente de mordre, l'inconfort disparaît ou s’amoindrit, alors le cheval peut apprendre à mordre régulièrement. Par exemple, si on sangle un cheval trop fort et trop rapidement, et que le cheval essaie de mordre, alors on peut arrêter de tirer sur la sangle, ce qui soulage le cheval. Alors, rapidement, le cheval apprend à mordre quand on le sangle.

Si le cheval mord par inconfort, il faut rechercher la cause du problème. Une fois la cause identifiée, il suffit de la supprimer et le problème disparaît de lui-même.

Si la cause n'est pas adressée mais que mordre permet de soulager ponctuellement le cheval, cette récompense lui apprendra à mordre. C'est ainsi que sans s'en rendre compte, on peut apprendre à notre cheval à mordre.



FB: https://www.facebook.com/hommesetchevaux/





 












4 commentaires:

  1. Article très intéressant !
    Dans le cas d'un cheval qui peut mordre lors d'un travail à pied (suivre l'homme au trot, en entraînement pour les visites vétérinaire des courses d'endurance), très ponctuellement (deux fois en six mois seulement) et sans réel signe d'agressivité (pas d'oreilles couchées au préalable, pas de fouaillement de la queue...), cela rentre dans la catégorie de la dominance ?

    Hegozaldi, du blog https://chroniqueshivernales.wordpress.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. si vous menez le cheval, vous devant, lui derrière, un mâle (étalon, ou parfois hongre) peut vouloir vous "driver" en mordant. Si c'est le cas, alors oui, c'est un cas où il cherche à dominer en dirigeant votre mouvement. ici, 2 fois en 6 mois, c'est très rare, donc rien de grave. ça peut aussi exprimer de l'impatience ou de l'agacement (ex: attente d'une récompense qui ne vient pas)

      Supprimer
  2. Grand merci, je crois que je peux transposer votre super beau message, conseils et idées pratiques, avec tout l'amour et la bienveillance que j'y perçois, pour notre bel inséparable M. Merlin qui a vécu de nombreux abandans avant d'arriver dans notre maisonnée... Merci c'est très clairant et aidant ! <3

    RépondreSupprimer