jeudi 1 décembre 2016

Le temps est un cadeau pour votre cheval

Pour nous, les hommes, le calendrier est important.  Noël est proche et nous comptons les jours pour nous retrouver. Il faudra être prêt, prévoir tout pour le réveillon et les cadeaux pour tous.

Dans la vie, nous avons toujours un agenda à suivre et des échéances à respecter, que celles-ci nous soient imposées ou qu'on se les impose à nous-mêmes.

C'est aussi vrai dans notre pratique de l'équitation. Nous voulons que notre cheval puisse être fin prêt pour cette compétition dans deux semaines, ou qu'il puisse réussir enfin les changements de pieds avant la fin du stage, ou qu'il saute à la bonne hauteur pour pouvoir changer de catégorie de concours avant la fin de l'été.

Le cheval n'a pas d'agenda ; il ne fait pas de plan pour le futur.  Il ne cherche qu'une chose, c'est satisfaire ses besoins immédiats. Si vous voulez lui imposer votre calendrier, vous allez vouloir le contraindre à faire ce que vous souhaitez dans le temps imparti. Plus l'échéance se rapproche, plus vous serrez tenté de mettre la pression pour être prêt à temps. Le cheval, lui, ne voit pas l'objectif futur ; il ne ressent que l'inconfort que vous pouvez créer dans l'instant présent, ou votre état d'esprit du moment, qui peut aller de la tension à la frustration.

Il est possible dans ces conditions que le cheval n'arrive pas à se conformer à vos échéances. Il peut même progresser encore plus lentement que si vous n'aviez pas fixé de délai, ou même régresser. C'est alors une situation d'échec pour lui comme pour vous.

Hidalgo, 5 ans, va nous aider pour montrer un petit exercice

Avec le cheval, les progrès ne sont jamais rapides. On voudrait exiger qu'il puisse faire en quelques mois des choses formidables, mais il est comme un enfant qui, à l'école, doit passer de classe en classe au cours des ans. D'abord, il apprend à dessiner les lettres et à les reconnaître en maternelle, puis il apprend à lire et à écrire en primaire, puis il faudra attendre le lycée pour faire une dissertation en philosophie. Le cheval aussi doit apprendre par étapes à un rythme en phase avec son développement. Il doit maîtriser les fondamentaux avant de pouvoir progresser davantage. Pourquoi exiger d'un cheval qu'il apprenne en quelques mois ce qui nécessite plusieurs années? Chaque cheval a sa personnalité, ses aptitudes et sa sensibilité propre ; il faut s'adapter à lui, suivre son rythme car parfois il aura des périodes de progression rapide et parfois, il lui faudra plus de temps.

Comme Noël, c'est aussi la période des cadeaux, vous pouvez vous demander quels cadeaux offrir à votre cheval. Bien sûr, vous pensez à une de ces délicieuses friandises ou à un nouvel équipement mais il y a un autre cadeau que vous pouvez aussi offrir à votre cheval, et qui sera très important pour lui : le Temps.

Donnez-lui du temps, autant qu'il en a besoin. Oubliez vos objectifs, oubliez vos échéances, votre calendrier et votre montre.

Plus vous lui ferez comprendre que vous être prêt à l'attendre, plus naturellement il fera ce que vous attendez rapidement.

Plus vous perdrez du temps, plus vous allez en gagner.

"Time is the gift, give it freely to your horse and the both of you will be the better for it."
                Buck Brannaman

 ("Le temps est un cadeau, donnez-le libéralement à votre cheval et vous vous en trouverez mieux tous les deux")

Maintenant, passons à un petit exercice qui permettra de cultiver la patience et de montrer à votre cheval que vous pouvez lui offrir le temps dont il a besoin.

Pour commencer, il faut arriver à demander une flexion latérale à votre cheval dans la légèreté. Avec votre main droite, demandez au cheval une flexion latérale de l'encolure, en amenant votre main vers votre hanche gauche. Ne forcez rien et obtenez cette flexion avec douceur et dans la décontraction, en veillant à ce qu'il fléchisse sans tordre sa tête sur le côté. Faites de même de l'autre côté. Avec un peu de pratique, il doit pouvoir amener son nez à proximité de la pointe de votre pied. Vous pouvez aussi prendre la rêne droite de la main gauche, l'amenez vers votre hanche gauche pour une flexion vers la droite, ce qui libère votre main droite pour caresser la tête de votre cheval.

Flexion latérale gauche

Une fois cet exercice de flexion maîtrisé, peut-être après plusieurs jours, le véritable exercice peut commencer.

Demandez une flexion, par exemple vers la gauche, puis maintenez votre main en place, pour maintenir le cheval en position fléchie.

Dans cette position, attendez sans rien faire.

Attendez, aussi longtemps que nécessaire

Vous avez posé un problème à votre cheval, et il doit trouver la solution. La solution, ce que vous attendez, c'est qu'il déplace ses hanches vers la droite.

Surtout, n'utilisez pas votre jambe ou votre poids pour demander le mouvement. Laissez-lui tout le temps nécessaire pour trouver la bonne solution par lui-même. Résistez à toute tentation d'utiliser une aide, même légère!

Il peut essayer de reprendre sa tête. Maintenez votre main en position pour maintenir la flexion afin qu'il comprenne que ce n'est pas la solution attendue. Vous pouvez fixer votre main en la posant sur votre cuisse si nécessaire.

Au bout, d'un moment, parfois plusieurs minutes, il va essayer une autre solution qui est de bouger ses hanches comme souhaité. Libérez-le alors de la flexion et récompensez.


Il commence à déplacer ses hanches vers la droite

On le libère de la flexion

Avec cet exercice, vous pouvez montrer à votre cheval que s'il a besoin de réfléchir, vous pouvez lui offrir tout le temps dont il a besoin.

"Poco a poco... Siempre hay un mañana..."
                     Sagesse des anciens Vaqueros de Californie.

("Peu à peu... Il y a aura toujours un lendemain...")

FB : https://www.facebook.com/hommesetchevaux/

Note : texte écrit originellement pour le calendrier de l'avent équestre 2015.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire