vendredi 10 mars 2017

Quel travail pour notre cheval?

Si on pense à notre travail, il y a des jours où on préférerait rester dans notre lit le matin ; la journée semble interminable et un rien nous distrait. D'autres jours, nous sommes angoissés et nous pensons que nous n'allons jamais y arriver. Il y a des jours où nous sommes pleins d'enthousiasme et de confiance, et alors que nous travaillons, nous ne sentons pas le temps passer. Nous sommes totalement investis dans notre tâche, concentrée, sereins. Alors, tout semble facile et agréable. Nous réussissons à accomplir notre travail sans effort, et nous somme heureux de le faire.

Après le travail, il y a le repos et les vacances. C'est important de pouvoir se reposer, mais après un temps, sans objectif, sans but, nous pouvons nous ennuyer. Si notre travail est intéressant, nous sommes alors contents de le retrouver.

Un cheval est comme nous. Il peut apprécier d'avoir un travail à faire et d'utiliser son énergie pour atteindre un objectif.

Rassemblement


Certains disent que le cheval est par nature un peu fainéant. Si on pense à ce que le cheval à fait pour l'homme depuis des millénaires, on peut constater qu'il n'a pas ménagé ses efforts : il nous a transporté, il nous a aidé à travailler le bétail ou les champs, il nous à aider à faire la guerre, à tirer toute sorte de charge... Le cheval sait travailler, et même assez rudement, ce que parfois nous oublions à notre époque dominée par l'équitation de loisir.

Le tri du bétail

Le cheval aime également le repos, mais il peut aussi être atteint par l'ennui. C'est particulièrement visible quand un cheval reste trop longtemps dans un box.

Tout comme nous, le cheval peut être motivé par un travail, mais tout dépend du travail.

Si un cheval ne semble pas motivé, plutôt de l'accuser de fainéantise, peut-être devons-nous adapter quelque chose pour qu'il retrouve la motivation.

Le cheval doit avoir à chaque instant un objectif clair. Il doit comprendre ce que l'on souhaite, et se sentir capable de le faire. Il est alors calme et sûr de lui.

Ensuite, il doit avoir une certaine autonomie pour accomplir son travail et ne pas être "surcontrôlé" pour rester volontaire.

S'il fait quelque chose ou une autre, il doit pouvoir avoir immédiatement la perception que ce qu'il a fait est une bonne chose ou une mauvaise chose. Si c'est une mauvaise chose, une difficulté par rapport à la réussite de son travail, il doit avoir la possibilité d'ajuster aussitôt son comportement. Si c'est une bonne chose, le retour positif lui confirme que la réussite de la tâche est proche. C'est ici que le rôle du cavalier est très important pour guider le cheval par des actions appropriées, ponctuelles et réalisés à des moments précis.

Enfin, le fait d'atteindre la réussite doit être une source de satisfaction immédiate, grâce à une récompense, sous une forme ou une autre. Il doit sentir que c'est un plaisir pour nous comme pour lui.

Si on travaille avec lui dans un objectif commun, avec la même implication, le même plaisir, c'est un partenariat qui rapprochera cheval et cavalier.

Peu à peu, le cheval sera de plus en plus concentré sur sa tâche, il gagnera en confiance et sera plus autonome, plus rapide. Il saura quoi faire, et il le fera, sans qu'il soit nécessaire de le "pousser", car le travail sera devenu motivant en soi.

Convoyage


Essayons  de présenter les choses à notre cheval d'une manière telle qu'il a l'impression d'avoir un travail qui a du sens, une tâche avec un objectif clair, qu'il peut réaliser en s'impliquant et qui lui permet d'obtenir un résultat satisfaisant.

Si on lui demande une chose totalement incompréhensible, ou une chose en dehors de sa portée, il perdra son calme ou sa confiance.

Si on lui demande de répéter sans cesse le même exercice dont il perçoit mal le sens, il s'agacera ou se désintéressera.

Si on cherche à trop le contrôler, qu'on le prive de toute initiative, et qu'on ne compte pas sur son intelligence, il perdra sa motivation.

Si on ne sait pas le guider au bon moment, il pourra se décourager.

Si on le force à atteindre un résultat, qu'on ne sait pas le laisser gagner pour le récompenser, le travail perd son intérêt.

Un cheval sera motivé si vous réunissez les ingrédients pour le motiver.

FB: https://www.facebook.com/hommesetchevaux/









2 commentaires:

  1. Merci merci pour cet article !
    J'espère que beaucoup de gens vont le lire et surtout comprendre l'importance de ces ingrédients dont vous parlez.
    Laissez le cheval prendre des initiatives, le laisser gagner,faire en sorte qu'il ait confiance en lui... Tout ça pour pouvoir échanger avec lui, c'est tellement magique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre intérêt et votre gentil commentaire. Il n'y a rien de magique dans tout cela. C'est juste une question d'attitude, et n'importe qui peut l'avoir avec n'importe quel cheval.

      Supprimer