jeudi 4 juin 2015

Respect et confiance

Si vous avez le respect et la confiance du cheval, alors il suivra vos demandes et fera de son mieux. Si vous ne les avez pas, alors vous aurez des résistances.

Ces résistances ne seront pas vaincues, ni pas une fermeté excessive, ni par une gentillesse excessive. Rien de cela ne permet de gagner le respect et la confiance.

Pour ceci, il faut soit même offrir du respect et de la confiance au cheval.

Le respect, c'est déjà le considérer comme un animal sensible et intelligent, capable de faire des choix. Il n'a pas une intelligence d'homme, mais pour tout ce que peut faire un cheval, il peut comprendre ce qu'il doit faire en tant que cheval.


La confiance, c'est, quand on lui fait une demande, de penser qu'il va faire ce qu'on a demandé. C'est-à-dire ne pas demander en forçant sa demande car on pense qu'il pourrait résister. Il faut avoir confiance dans le fait qu'il va être avec nous. Si ce n'est pas le cas, c'est peut-être qu'il faut adapter la demande, guider le cheval ou créer une situation où il va lui-même trouver la solution qui est celle que l'on attend. Peut-être qu'il faudra utiliser plus de fermeté dans certains cas, mais il ne faut pas le forcer. Il faut avoir confiance dans le fait qu'il va faire le bon choix, si on est assez habile pour l'y amener. Dès qu'il a répondu à la demande, même s'il a été nécessaire d'utiliser de la fermeté, il faut que, si on demande à nouveau la même chose, avoir confiance dans le fait que le cheval a compris et répondra à la demande la plus légère. Quelque soit ce qui c'est passé avant, il faut toujours commencer à agir avec lui comme s'il était le cheval dont on rêve, et alors il peut le devenir.

Une autre situation, c'est comment gérer la peur du cheval. Quand le cheval a peur de quelque chose, beaucoup de gens pensent que le cheval n'est pas assez intelligent pour gérer la situation et ils jouent des jambes et des mains, de la cravache ou des éperons, pour forcer le cheval à passer la chose qui fait peur. Peut-être que cela peut fonctionner et que le cheval va passer, mais il n'aura pas surmonté sa peur, et surtout vous n'aurez pas gagné sa confiance et son respect. A l'opposé, on peut manquer de confiance dans les capacités de notre cheval, et chercher à le protéger plus que nécessaire en lui évitant les situations qui peuvent l'effrayer.

Des détritus sur la route peuvent être perçus comme une terrible menace.

Si au contraire vous pensez qu'il peut conquérir sa peur, il va le faire. Si vous le laissez examiner l'objet source de la peur rênes longues, il va faire un choix. Celui de s'éloigner. Laissez-le faire, mais quand il s'est détourné, redemandez-lui de se mettre face à la chose, puis redonnez-lui les rênes longues. Il va de nouveau faire un choix. Certainement de se détourner à nouveau, mais vous pouvez lui demander encore de se remettre face à l'objet. En lui laissant le choix, vous lui laissez la possibilité de faire le bon comme le mauvais choix. Laissez-lui le temps. Il va réfléchir et grâce aux rênes longues que vous lui offrez quand il fait face à l'objet, il va peu à peu associer l'objet non plus à une menace, mais à une source de confort. Utilisez sa curiosité, récompensez le moindre effort pour s'approcher. Bientôt il va renifler l'horrible chose et finalement l'identifier comme inoffensive. Vous lui avez fait confiance, et il a réussi. Grâce à vous, il a été un gagnant. Il a aussi maintenant plus de confiance dans votre jugement. Vous ne l'avez pas pris pour une bête stupide qu'il fallait pousser à passer, mais vous l'avez respecté comme un être capable d'avoir des émotions, d'analyser une situation, d'être à votre écoute et de faire des choix.

Cela prend du temps et de nombreux événements vécus ensemble positivement pour gagner la confiance et le respect du cheval. C'est à vous de les offrir en premier, tout comme offrir une amitié peut permettre de gagner une amitié.

FB : https://www.facebook.com/hommesetchevaux/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire