jeudi 15 juin 2017

Le cheval courageux

Quand on voit les pompiers, policiers, gendarmes et soldats accomplir leur devoir dans les situations les plus extrêmes, on admire leur courage et leur maîtrise de soi. Il est probable que nous-même, dans une situation de ce type, nous serions affolés et désemparés.

Est-ce que ces hommes et ces femmes sont  nés avec le courage dans le sang? Chacun a sa nature, plus ou moins aventureuse. Néanmoins, ils sont capables de faire ce qu'ils font grâce à l'entraînement qu'ils ont suivi. Ce courage, ils l'ont gagné par le travail, l'expérience et l'apprentissage.

On dit que les chevaux sont naturellement peureux, que parfois ils voient des "trolls" derrière les buissons, car ils s'effraient de choses qui sont imperceptibles pour nous, ou de choses pour lesquelles on n'imagine pas qu'elles peuvent être effrayantes.

Pour les chevaux de ranch, le courage est une qualité nécessaire

Il faut se souvenir qu'au travers les siècles, les chevaux nous ont aidé à faire la guerre. Ils savaient être des compagnons fidèles au milieu du fracas des batailles. Encore aujourd'hui, les chevaux sont utilisés par les forces de l'ordre; Ils sont aussi toujours utilisés pour travailler le bétail, dans des situations exigeantes au milieu de bêtes parfois rétives. Dans certaines compétitions, les chevaux doivent aussi avoir beaucoup de courage pour réussir.

On a oublié que les chevaux étaient aussi des soldats

Les chevaux ont un instinct de survie très fort, mais sans aucun doute, ils peuvent être aussi très courageux.

Comme nous-mêmes, ce n'est pas inné. Ce n'est que par l'entraînement, l'expérience et les situations affrontées avec succès que les chevaux peuvent gagner en courage.

C'est un processus graduel. Il faut progressivement exposer le cheval à des situations qui lui demandent d'apprendre et de progresser, des situations qui vont lui demander un effort, mais pour lesquelles on sait qu'il peut les surmonter avec succès.

Peu à peu, le cheval apprend à contrôler sa peur. Il apprend aussi à se tourner vers nous. Il apprend qu'il peut "gagner", et être plus fort que sa peur. Ceci est vrai si on sait l'aider, si on lui laisse le temps d'appréhender les situations inquiétantes sans le forcer, mais aussi sans le protéger de manière excessive.

Il faut accueillir chaque chose qui fait peur au cheval de manière positive, car c'est à chaque fois une opportunité d'apprentissage pour lui.

Chaque situation nouvelle, inconnue, peut  faire peur au cheval. Mais il apprend progressivement à les surmonter plus rapidement. Le courage est une habitude.

Le courage de notre cheval dépend moins de sa nature première que de ce que nous lui offrons.

Si nous pensons qu'il est peureux il restera peureux. Si nous pensons qu'il peut devenir courageux, il deviendra courageux.

FB : https://www.facebook.com/hommesetchevaux/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire