mardi 12 janvier 2016

Plus fort que le vent

Ce soir j'ai monté Hidalgo et le temps était vraiment terrible. Il y avait une petite pluie glacée mais surtout un vent fort avec des rafales.

Les chevaux n'aiment pas le vent, surtout la nuit. Avec le vent, ils ne peuvent pas bien entendre et comme la nuit, il est aussi plus difficile de bien voir, il est pour eux beaucoup plus difficile de savoir si quelque chose dans leur environnement représente une menace ou non. Comme le vent fait bouger plein de choses, et que la nuit il y a plein d'ombre, ce n'est pas les "menaces" qui manquent. Bien sûr, il n'y a aucun danger, mais le cheval ne le sait pas et son instinct de survie peut immédiatement se réveiller. Quand cela arrive, le cheval peut d'abord se tendre et se crisper. Puis il peut résister à nos aides, et même faire des écarts. Enfin, si la peur monte encore, le cheval peut même échapper à la main pour chercher à s'enfuir. Pour lui, il peut penser que cela devient une question de vie ou de mort, et il oublie son cavalier pour ne penser qu'à sa survie. Avant d'en arriver là, il est préférable d'anticiper, et de faire en sorte que le cheval reste avec vous.

Hidalgo est comme les autres chevaux, il n'aime pas le vent ; il n'était pas à l'aise en se retrouvant dehors ce soir. Alors, j'ai enchaîné les exercices les plus variés possible : Transitions raoides, cessions, serpentines courtes, voltes, arrêts, pirouettes sur les antérieurs, reculés, rollbacks, turn-arounds.... Il était vraiment occupé, et comme ça, il n'a pas pensé au vent, aux ombres, aux bruits bizarres, ou toutes les choses qui auraient pu l'inquiéter.

Je ne lui ai demandé que des choses qu'il savait bien faire et il n'avait pas de question à se poser. J'étais totalement avec lui, et il est vraiment resté avec moi tout du long. On a travaillé qu'une quarantaine de minutes, sans prendre de repos; sa confiance n'a fait que s'améliorer et on a pu rentrer dans une complète sérénité. Il est important de pouvoir terminer sur une bonne note, alors que le cheval est totalement confiant. Si j'avais encore continué seulement dix minutes de plus, son état d'esprit n'aurait peut-être plus été aussi bon.

Ce soir, Hidalgo a été plus fort que vent.

Avec un peu de soutien et une préparation adéquate, votre cheval peut être un gagnant, même dans une situation qui est a priori difficile pour lui.



FB : https://www.facebook.com/hommesetchevaux/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire